skip to Main Content
ZOOM Sur Stéphane Béguin (Facilitateur Graphique)

Comme à l’accoutumé, le « ZOOM » de ce mois de novembre vous invite à découvrir non seulement un métier mais aussi une belle personne. J’ai connu Stéphane Béguin il y a de ça maintenant quelques longues années, c’est une personne très intéressante, j’ai beaucoup appris à ses côtés. Si je devais décrire Stéphane en une phrase, je dirais qu’il aime le perfectionnisme, toujours en quête d’évolution sur le plan personnel et professionnel. Stéphane exerce un métier peu répandu en Europe, je vous invite, clients, amis et collaborateurs, à le découvrir au travers de cet interview…

Bonjour Stéphane, merci de prendre sur ton temps pro pour m’accorder cet interview.
Bonjour Carmin. Je trouve que l’initiative de cette rubrique est une belle idée, je suis très heureux d’y participer. C’est pour moi l’occasion de te remercier pour le temps et l’accueil que tu m’accordes.

C’est quoi la facilitation graphique ?
La facilitation graphique est un terme générique qui regroupe un ensemble de techniques. Pour faire court, c’est modéliser graphiquement une idée, un concept, un message, une information ou une discussion.

Comment et quand a débuté ton histoire avec la facilitation graphique ?
Un jour, dans le cadre d’une de mes activités de consultant en entreprise, j’ai été invité par Guillaume Lagane et Nicolas Gros à une de leurs formations sur la facilitation graphique. 3 jours passés avec eux sur Paris et à la sortie un coup de foudre métier et une décision : réorienter mon activité professionnelle sur la facilitation graphique. Depuis, la facilitation graphique représente 70% de mes activités, j’en vie, j’adore ça et je m’y épanoui pleinement.

Dans quels contextes interviens-tu ?
J’interviens principalement lors de séminaires d’entreprises mais aussi pour des organisations à chaque fois que des personnes ont besoin de travailler et de réfléchir ensemble à sur des sujets.

[image url= »https://www.carminbook.com/wp-content/uploads/2013/11/02.jpg » title= »stephane beguin facilitation graphique » alt= »stephane beguin facilitation graphique » alignment= »center » margin_left= »0″ margin_right= »0″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ shadow= »0″ width= »600″ height= »450″]

Quelles techniques utilises-tu ?
J’écoute les échanges et les discussions des participants et en temps réel je réalise une synthèse graphique (avec des mots et du dessin). Je fais cela sur des supports grands formats fixés temporairement sur les murs du lieu. Cette technique s’appelle le « scribing ».

Quel matériel utilises-tu pour « scriber » ?
Pour ma part, essentiellement des marqueurs effaçables à sec et des supports tableaux blancs modulables pour m’adapter aux contraintes du lieu.

Qu’est ce qui t’intéresse dans la facilitation graphique ? Que recherches-tu exactement à travers l’exercice de cette discipline ?
Être avec les gens, à leur service, les aider à construire individuellement et collectivement. Plus généralement, à rendre explicites des informations complexes pour les rendre lisibles, compréhensibles et accessibles à tous.

Quel est ton style ? Quels sont tes sujets de prédilection ?
Je pense que mes travaux sont graphiques, lisibles, épurés et convenablement structurés. Mon style évolue à chaque fois que je pratique. Les aspects comportementaux et cognitifs de l’être humain me passionnent. J’aime bien l’idée d’une culture transversale et je connais très bien le monde de l’entreprise, ce qui me rend à l’aise pour aborder un ensemble de sujets différents.

[image url= »https://www.carminbook.com/wp-content/uploads/2013/11/03.jpg » title= »stephane beguin facilitation graphique 2″ alt= »stephane beguin facilitation graphique 2″ alignment= »center » margin_left= »0″ margin_right= »0″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ shadow= »0″ width= »600″ height= »450″]

Tu as radicalement changé d’activité pour t’orienter vers celle-ci, pourquoi cette attirance pour ce type de travaux ?
En toute sincérité, le contexte actuel est compliqué pour beaucoup d’entre nous et je vois difficilement comment avancer sans changer et s’adapter, il n’y a pas de recette miracle ! L’année 2012 a été compliquée pour moi en tant qu’indépendant, c’est surement cela qui m’a poussé et décidé à changer quasi radicalement d’activité avec tous les risques que cela comporte. Et puis, j’exerce mon métier depuis 1997, j’avais envie de faire autre chose ! Quelques fois dans la vie, il y a des opportunités qui frappent à la porte, peut-être ai-je été un peu plus à l’écoute de moi à ce moment-là…

Gères-tu personnellement tes travaux ?
Oui, je suis totalement autonome tant sur les phases de préparation que sur la production et la livraison de mes travaux.

Que livres-tu au final ?
Une synthèse graphique structurée d’un temps de travail. Ça peut-être par exemple une frise de 2 à 7 m de long qui illustre un séminaire de 2 jours comme une réunion de deux heures. Je livre cela sous la forme de fichiers numériques haute définition qui peuvent-être réutilisables sur un ensemble de supports. Beaucoup de clients utilisent mes visuels graphiques en tant que document de synthèse.

[image url= »https://www.carminbook.com/wp-content/uploads/2013/11/06.jpg » title= »stephane beguin facilitation graphique 3″ alt= »stephane beguin facilitation graphique 3″ alignment= »center » margin_left= »0″ margin_right= »0″ margin_top= »0″ margin_bottom= »0″ shadow= »7″ width= »600″ height= »450″]

Quel est pour toi le facilitateur graphique incontournable, ta source d’inspiration?
D’une manière générale, l’ensemble des arts plastiques et des arts appliqués me nourrissent. Concernant ceux qui m’inspirent et qui pratiquent le même métier que moi, je pourrais citer 5 français(es) et 1 australien : Guillaume Lagane, Nicolas Gros, Vincent Gardelle, Viviana Gozzi, Laure Villemaine et pour terminer en Australie avec Ray Eckermann.

Que penses-tu du métier de facilitateur graphique ? Quelles en sont les difficultés ?
C’est un métier peu connu en France et nous sommes peu à exercer cette profession. Autour d’une association française, la FGCP (Facilitation Graphique Communauté de Praticiens), nous tentons de fédérer et de communiquer autour de cette profession avec notamment des modules de formation.

Quels conseils donnerais-tu à un jeune facilitateur graphique qui souhaiterait démarrer ?
D’abord, se former car cela permet de voir comment font les autres et apprendre des techniques.Ensuite, s’entrainer et expérimenter car c’est une discipline dans laquelle tu progresses à chaque fois que tu pratiques.

Quel est ton prochain projet ?
Dans moins d’un mois, nous partons à deux pour pratiquer ensemble sur un même événement. Ensuite, depuis cet été j’ai fait beaucoup de ce que l’on appelle des « vidéos scribing » (vidéo où l’on voit une main qui illustre les propos d’une voix off), j’aime ça, les clients ont de très beaux retours avec ce support de communication et je souhaite développer un peu plus cette activité. En parallèle, nous allons proposer très prochainement un nouveau service pour permettre aux entreprises d’intégrer de la facilitation graphique dans leur documents de présentation. Je ne peux pas en dire plus à ce jour, mais sois certain que je te tiens informé dès que tout ça sera opérationnel.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des services et prestations pro de Stéphane Béguin directement sur son site : www.simplixi.fr


[social_essentials]

Cet article comporte 6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
×Close search
Rechercher