Skip to content

A ce jour nous ne découvrons plus les modèles de langage, autrement les IA qui ne cessent de faire le buzz. Des chercheurs, supportés par une impressionnante communauté, ont créé un « ChatGTP » entièrement optimisé pour le Dark Web. Vous allez peut-être me dire que cette information n’est pas importante pour vous, seul hic, le Dark Web est le royaume de la liberté, havre pour tous les pirates et autres concepteurs de logiciels malveillants que l’on retrouve sur l’Internet classique.

Cela fait maintenant plusieurs mois que ce que l’on appelle les IA génératives comme ChatGPT font la UNE des médias. Ces IA exploitent les ressources et les informations qui sont présentes sur le Web et des laboratoires utilisent ces IA pour développer des produits que nous retrouverons dans nos vies de tous les jours. Des chercheurs sud-coréens ont créé de toute pièce une Intelligence Artificielle différente des autres IA car elle tire profit de toutes les informations et ressources du Dark Web. Comme vous l’avez compris, le Dark Web est la partie dissimulée d’Internet dont le manque total de censure a tendance à favoriser les activités illégales.

Qu’est-ce que DarkBert ?

Le souci des modèles actuels d’IA est qu’ils sont conçus uniquement pour la partie publique d’Internet, celle que l’on pratique tous les jours, celle que l’on voit. Pour pouvoir naviguer et exploiter le Dark Web il faut comprendre et intégrer tous les éléments dont le langage dédié à cet environnement. Pour cette raison, les chercheurs ont développé DarkBERT, le « Modèle de langage dédié à la partie sombre d’Internet ».

Pour pouvoir créer l’outil DarkBERT, les chercheurs se sont basés sur l’architecture de RoBERTa et Meta qui est aussi la base d’une technologie développée par Google. Pour que ce modèle puisse fonctionner correctement, ils l’ont adapté au Dark Web en l’entrainant avec des torrents de données directement issues du Dar Web en exploitant le réseau Tor.

Quel est l’intérêt d’une IA pour le Dark Web ?

Bon, je vous rassure (oui et non), les chercheurs expliquent que DarkBERT explore et analyse le Dark Web mais qu’il n’a pas été conçu pour aider ou encourager les activités illégales. Ils poursuivent jusqu’à dire que leur outil est plus que prometteur dans le domaine de la recherche en cybersécurité en exploitant les données de l’origine de tous les logiciels malveillants, virus, troyens et autres. Simple question : est-ce la première fois qu’un outil est dévié de son utilisation principale ? La réponse est non, bien entendu.

Ceci étant, il se trouve que DarkBERT est beaucoup plus performant que les IA actuelles pour analyser toutes les données du Dark Web. Comme si cela ne suffisait pas, ils prévoient déjà des améliorations et optimisations dont l’inclusion d’architectures plus récentes et la gestion de beaucoup plus de données pour que cette IA soit compatible avec toutes les autres langues en plus de l’Anglais.

DarkBERT, l’IA du Dark Web, au niveau éthique ça donne quoi du coup ?

Au niveau de l’éthique, tout ce qui concerne le Dark Web, va falloir repasser, ce milieu est surtout connu pour le fait de ne pas en avoir. Ceci dit, les chercheurs ont écrit que pendant l’entrainement de DarkBERT, ils ne sont pas exposés à des contenus illégaux comme par exemple la pédopornographie. Comme je suis un lapin qui a peine trois semaines, j’ai décidé de les croire surtout quand ils ajoutent qu’ils utilisent une technologie de masquage pour éviter que les informations personnelles, présentes sur le Dark Web, ne soient pas accessibles. Le côté positif, oui, il y en a un, c’est que pour le moment DarkBERT n’est pas disponible pour le public mais, de vous à moi, je pense que cela va très vite changer.

Dans la publication scientifique, nous pouvons lire : « Bien que nous ayons utilisé à la fois DarkBERT préformé sur du texte prétraité et du texte brut pour nos expériences, nous avons utilisé les deux modèles uniquement à des fins d’évaluation. De plus, nous prévoyons de ne publier que la version prétraitée de DarkBERT afin d’éviter toute mauvaise pratique une fois le modèle rendu public »

En conclusion, je pense très sincèrement que même si les chercheurs sont honnêtes et souhaitent vraiment respecter une certaine éthique, il est évident qu’ils ont ouvert une boite de Pandore. Je rappelle que sur le Dark Web on peut retrouver toute sorte de trafic comme par exemple des armes de guerre issues du conflit Ukrainien par exemple. Ces mêmes armes qui se retrouvent chez nous en France dans la population civile. Le Dark Web permet aussi de sécuriser des informations sensibles sans aucun pouvoir de les effacer, idéal pour les lanceurs d’alerte par exemple. Bref, pour allez plus loin, pour ceux qui ne connaissent pas encore le Dark Web, je vous ai fait un petit résumé détaillé de cet environnement que vous pouvez lire ci-dessous.

Le Darkweb, également appelé le Web profond ou le Web invisible, est une partie d’Internet qui n’est pas accessible par les navigateurs web traditionnels tels que Google Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge.

Au lieu de cela, il utilise un navigateur spécial appelé Tor qui permet de surfer anonymement sur des sites internet cachés. Pour comprendre comment fonctionne le Darkweb, il est important de comprendre le fonctionnement de Tor. Tor est un réseau parallèle à Internet qui permet aux utilisateurs de naviguer sur des sites cachés sans être traçables.

Lorsque vous utilisez Tor pour accéder à un site Web, votre adresse IP est cachée et votre connexion est acheminée à travers une série de routeurs sur le réseau, rendant ainsi votre navigation anonyme. Le routage en oignon utilisé par Tor est si complexe qu’il est très difficile pour quelqu’un de suivre votre navigation sur le Darkweb.

Le Darkweb est souvent associé à des activités illégales, car il offre un niveau élevé d’anonymat pour les hackers, les pirates informatiques, les trafiquants de drogue, les vendeurs d’armes, les blanchisseurs d’argent, les pédophiles et d’autres criminels en tout genre.

Cependant, il y a aussi des utilisateurs du Darkweb qui cherchent simplement à protéger leur vie privée et leur liberté d’expression. Les dissidents politiques et les journalistes peuvent utiliser le Darkweb pour communiquer en toute sécurité avec des sources sensibles en ligne et éviter la censure.

Le Darkweb est également connu pour son marché de Bitcoins et ses boutiques en ligne. Les transactions sont effectuées sans la nécessité d’un tiers de confiance, garantissant ainsi que les vendeurs ne sont pas découverts. Cependant, il est important de noter que l’utilisation de Bitcoins à des fins illégales est un crime. En raison du caractère anonyme de la navigation sur le Darkweb, il est possible que les utilisateurs soient exposés à des contenus illégaux, tels que des images pédopornographiques ou des sites de vente de drogues et d’armes. Les autorités dans de nombreux pays ont mis en place des mesures de blocage pour empêcher l’accès à ces sites, et le FBI a récemment réussi à démanteler plusieurs sites du Darkweb.

Si vous souhaitez avoir accès au Darkweb, il est important d’être conscient de ses risques et de prendre les mesures nécessaires pour assurer votre sécurité en ligne. Vous devriez utiliser un logiciel Tor pour assurer votre anonymat, et utiliser des mots de passe forts et sécurisés pour éviter les piratages. Il est également recommandé de ne pas partager d’informations personnelles en ligne afin de protéger votre vie privée. Assurez-vous également que votre système est à jour et que vous utilisez un logiciel antivirus pour éviter les logiciels malveillants et les bugs.

(Crédits photos de l’article : Depositphotos)

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

Back To Top
Rechercher